Créations

Formes spectaculaires, nos créations dialoguent avec les espaces dans lesquels elles s’inscrivent. Portant un regard sensible sur nos environnements, elles sont des expériences à vivre plus que des représentations auxquelles on assiste.

Balades

Parcours poétiques imaginés pour les lieux qu’ils traversent, nos balades allient spectacle vivant et installations plastiques. Elles placent les marcheurs au coeur de la promenade. Cartes sensibles, accessoires de marche, mots-paysages et tableaux habités constituent notre vocabulaire.

Immersions

Nous répondons régulièrement à des commandes de création, articulées autour d’une question, d’un territoire, d’une thématique… Nous nous plaisons à faire voyager nos outils et nos méthodes de création vers des destinations jusqu’alors inconnues.

Ateliers

Croisant démarche artistique et géographique, nous proposons des ateliers d’exploration dans tout type de paysage. Ces projets pédagogiques s’imaginent en fonction des publics, contexte, durée et temporalité. Nous mettons l’accent sur l’expérimentation et la mise en pratique.

Bonus

Parce que la fête est un art, la convivialité un incontournable et les rituels des instants à fabriquer, nous aimons concocter des scénographies pour des festivals, imaginer des rendez-vous secrets et insolites, créer des ambiances fantasques dans des décors farfelus…

Balades >

Transhumance #3

  • Présentation
  • Galerie photo
  • Agenda
  • Décollage immédiat

    Commande du festival MIMI organisé par l’AMI (Aide aux musiques innovantes / Centre de développement pour les musiques actuelles).

    Le Fujinsharyo, le vaisseau du Dieu du vent, a décollé avec l’ensemble de son équipage. Le point de rendez-vous était donné à proximité des zones d’accostage, d’amerrissage et de décollage, plus communément appelées le Port, l’ancienne carrière de Morgiret et sa calanque.

    transhumance3-15

    Accueillis par un membre de l’équipage, les participants furent invité à se munir d’un bâton de marche / anémomètre afin de mieux appréhender le vent tout au long de leur exploration. Leur hôte, réjoui de voir “ce vent frais de nouvelles recrues », leur proposa de prendre un peu d’altitude après leur avoir remis une gélule contre le mal de mer – à prendre en cas d’indisposition – et un anémomètre – utile pour calculer la force du vent. Une fois la photo de groupe prise, tout le monde fut invité à prendre de la hauteur afin de bénéficier d’une meilleure vue d’ensemble sur “l’unité”, le Fujinsharyo.

    transhumance3-24

    Plus loin, plus haut, les nouveaux aménagements furent présentés au petit groupe : le parking à navettes autonomes (le port de plaisance), l’aire de décollage / atterrissage (carrière de Morgiret), les infrastructures de cultures agricoles et animales (bourg et commerces)…

    Géographiquement, l’équipage en formation constata que le Fujinsharyo se composait essentiellement de deux iles reliées par une digue. Le personnel d’accueil précisa le découpage fonctionnel du vaisseau -communication sur une partie de l’archipel, propulsion et poste de commande sur l’autre. Enfin, avant de s’avancer vers le sommet, les échanges entre les nouvelles recrues et le personnel d’accueil débouchèrent sur une discussion sur les différentes natures de vents, naturels ou artificiels (bien utiles les jours de calme) et sur le classement des vents au patrimoine mondial de l’UNESCO.

    transhumance3-26

    Arrivé aux portes du Fort, coté Ouest, les passagers furent pris en charge par une guide-chef ingénieur chargée d’expliquer le fonctionnement du Fujinsharyo, mécaniquement, techniquement, et dans son fonctionnement au quotidien. L’attribution des postes de chacun des nouveaux arrivants viendrait ultérieurement, selon leurs champs de compétences ou leurs envies pendant la visite.

    Quelques espaces notables du vaisseau :

    • Le CAP, où un membre de l’équipage barre le vaisseau depuis un promontoire équipé ;
    • Le DEKKI, pont-supérieur le long du fort avec vue sur la partie sud du vaisseau ;
    • L’ENJINRUMU, salle des machines, fondations en croix où le vent est emmagasiné et transformé en énergie propulsive (ouvert à tous vents lors de la visite afin de garder une position stationnaire) ;
    • Le HIRANO KAZE ou plaine du vent, où oeuvre un chercheur d’air à l’aide de voile parapente et de positions d’observations de courants d’airs ;
    • Le RYO, dortoir, espace muré ;
    • L’IPPANTEKINA, partie commune avec vue sur l’ensemble du vaisseau ;
    • Le KOKKUPITTO, poste de pilotage et de communication avec vue à 360°, en connexion avec le relais ENSEI ou se déroulait une expérience sur la communication auditive et visuelle à distance basée sur la partie de l’ile dédiée aux communications et échanges (sur Pommègues) ;
    • Le JIKKENSHITSU, laboratoire habité par une scientifique cherchant sur la gravité à l’aide de Mikado géant ;
    • Le KAIZUSHITSU ou salle des cartes.

    C’est à cet endroit que les passagers passèrent membres de l’équipage. La carte du vaisseau leur fut remise par le cartographe du vaisseau ; Ils eurent alors toutes les cartes en mains afin de pouvoir découvrir les lieux d’eux-mêmes. Le cartographe leur expliqua que le temps risquait alors de se distendre – pour lui, il s’agissait de son 131e anniversaire de présence à bord…

    Une fête fut organisée pour l’arrivée des nouveaux. Tout le monde fut invité à redescendre dans le plaisir (le Fujinsharyo, c’est avant tout du plaisir !) vers le reste de la structure, où ils retrouvèrent l’ensemble du personnel d’accueil croisé auparavant :

    « D’explorateur, vous êtes passés au statut de passager et à celui d’équipage. Encore une fois et comme au début de cette balade : Merci, et… bienvenue, vous êtes déjà ailleurs, sur une île flottante ! »

    Galerie photo de Transhumance #3

    D'autres travaux du collectif